sainte marie, mère de dieu
année liturgique a

Semaine du 1er janvier 2017

 

Quel beau dimanche partout à travers le monde! On s'embrasse, on se souhaite la Bonne Année et on fête! D'ailleurs, je profite de cette occasion pour souhaiter, à tous les paroissiens et paroissiennes de Sainte-Famille mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de sainteté pour 2017!

Le 1er janvier est consacré, par l'Église, à la Très Sainte Vierge Marie et c'est une très belle occasion qui nous est ici offerte pour méditer sur ce qu'elle représente dans l'histoire de l'humanité! Ce dimanche, l'Évangile nous apprend que les bergers, après être allé adorer l'Enfant Jésus retournent dans les campagnes annoncer cette grande venue : la promesse de Dieu s'est réalisée et il y a grande joie dans les cieux et sur terre car, maintenant, le Fils de Dieu est parmi nous!

Nous accompagnons également Marie et Joseph qui se rendent au Temple, le huitième jour pour, selon la Loi de Moïse, que Jésus reçoive la circoncision dans la chair. C'est le rabbin qui est chargé d'accomplir la circoncision de l'Enfant comme cela se fait aujourd'hui encore. D'ailleurs, certains centres hospitaliers de Montréal, notamment au sein des communautés juives, sont dotés de « salles de circoncision » où s'accomplit toujours ce rite.

Ce qui doit attirer notre attention dans l'Évangile, c'est lorsque saint Luc nous dit : « Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. » Marie avait, en effet, vécu de nombreux événements au cours des derniers jours, à commencer par le fait qu'elle et Joseph n'ont pu trouver de place dans aucune des auberges de Bethléem et qu'elle a dû donner naissance à l'Enfant Jésus dans une étable. La naissance même de Jésus fut, dans la vie de ce jeune couple, un événement marquant. Ce n'était pas qu'un simple enfant, mais bien le Fils unique de Dieu et on peut seulement imaginer la grande joie qui fut celle de Marie et Joseph.

La visite des bergers a aussi laissé une empreinte dans le cœur de Marie. Rappelons-nous, il y a quelques mois, ce « Oui » inconditionnel que Marie avait prononcé à l'annonce de l'ange... la vie de cette adolescente ne serait plus jamais la même et Marie, devons-nous le rappeler, cherchait à plaire à Dieu par ses actes et ses paroles. C'est une femme de cœur qui accueille mais qui, aussi, médite avec profondeur les événements qui se produisent dans sa vie; elle médite dans la prière et dans l'action de grâce pour la volonté de Dieu qui s'accomplit en elle et autour d'elle. Marie est, rappelons-le, la première chrétienne! Elle a cru de tout son cœur en la promesse de Dieu et elle a aussi, par la prière, reçu les grâces nécessaires dont elle aurait besoin pour s'occuper et éduquer cet Enfant.

À nous aussi, à l'instar de Marie, de garder en notre cœur les événements de notre vie, de les méditer dans la prière et solliciter les grâces divines qui nous permettront d'accomplir la volonté de Dieu pour chacun(e) d'entre nous.

 
Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville