deuxième dimanche de pâques
année liturgique a

Semaine du 23 avril 2017

 
Suite à la résurrection de Jésus, les Saintes Écritures nous en apprennent beaucoup ce dimanche, à commencer par cet extrait du livre des Actes des Apôtres. On constate que suite à la prédication des Apôtres et des disciples, nous voyons naître les premières communautés chrétiennes. Ci-contre, nous apercevons justement les vestiges de l'Église de Corinthe, bien connue de l'Apôtre Paul puisqu'il a écrit deux lettres importantes aux Corinthiens, lesquelles font partie des Saintes Écritures..

Mais revenons à la première lecture qui nous apprend que les premiers chrétiens vendaient tout leur biens et mettaient les profits en commun, pour le bien de chacun. Nous assistons non seulement à la naissance des premières communautés chrétiennes mais aussi et surtout à la naissance de véritables congrégations d'hommes, de femmes et d'enfants qui vivent en communauté, dans la fraternité, la prière et l'approfondissement de leur nouvelle foi chrétienne.par la prédication mais aussi par l'exhortation des frères et des sœurs. La vie des premiers chrétiens est assurément riche d'enseignements et de croissance spirituelle.

Dans la deuxième lecture, saint Pierre explique bien aux premiers fidèles le but de notre foi : « Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. » Ce sont là les plus belles paroles qu'on puisse écrire! L'héritage dont il est ici question est spirituel, éternel et incorruptible et il nous est donné par Dieu le Père lorsque nous savons être fidèle à Sa Parole et à Sa volonté; c'est le fruit de notre participation au projet de Dieu d'attirer tous les êtres humains — qu'Il aime par-dessus tout — à Lui. Justement, saint Pierre poursuit en disant : « Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmes qui est l’aboutissement de votre foi. » Quel bonheur! Quelle joie profonde est la nôtre!

Dans l'Évangile, Jésus vient visiter les Apôtres dans la Chambre Haute où ils sont réunis en prière. Mais voilà que Simon est absent. Nous connaissons bien la suite l'histoire : Simon ne pourra croire que s'il peut mettre la main dans la plaie de Jésus et constater par lui-même dans les trous de ses mains. Jésus lui répondra : « Heureux sont ceux qui croient sans avoir vu. » Cette phrase, à elle seule, résume bien la nature de la foi : croire en ce qu'on ne peut voir ou percevoir par nos sens humains. Autour de nous évolue tout un monde spirituel que nous ne voyons pas et, pourtant, il est bien là! Jésus marche à nos côtés chaque jour, comme Il l'a fait avec les disciples d'Emmaüs jadis. Mais le voyons-nous agir? Pourtant, Sa main toute-puissante et généreuse s'assure de nous donner tout ce dont nous avons besoin, chaque jour. Nous le savons et nous l'expérimentons. Mais pourquoi, au juste, avons-nous cru et accueilli Jésus dans nos vies? Nous ne l'avons pourtant jamais rencontré en personne! Les Saintes Écritures nous le révèlent, nous parlent de Son ministère donc, ce sont des faits qui nous sont ici relatés. Mais au-delà des faits, comment pouvons-nous savoir que Jésus et véritablement ressuscité et vivant? Simplement parce que c'est l'Esprit Saint qui nous le révèle! Jésus a dit : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. » Parce que Jésus est venu frapper à la porte de notre cœur, nous avons cru et nous l'avons accueilli. À nous maintenant, de partager ce précieux don de la foi que nous avons reçu du Seigneur!

 
Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville