Troisième Dimanche du Temps de l'Avent
Semaine du 17 décembre 2017
 
  L'Évangile nous montre un Jean-Baptiste soumis à un interrogatoire très serré.

Avec ce questionnaire harcelant, il ne nous manque plus qu'un bon journaliste de Radio-Canada et l'écran de télévision. Ça ferait un beau débat animé.

« Qui es-tu? Es-tu Elie? » — « Non. » — « Es-tu le grand prophète? » — « Non. » — « Es-tu le Messie? » — « Non. ».

Alors, que dis-tu de toi?"

Pourquoi tout ce questionnaire agaçant? Pourquoi? Pour faire témoigner. Pour en faire sortir un témoin.

Jean sait quelque chose de Jésus. Il doit le dire. Il sait qui il est. Il doit le révéler. La foi est un don, dit Jean-Paul II, et il nous faut le partager.

Il n'est pas opportun de dire notre foi à tort et à travers, ou avec grand tapage. Mais quand on est poussé à la dire, il ne faut pas reculer.

Le Christ nous a tous rejoints et marqués de son influence. Il s'est fait présent dans nos vies et nous avons tout reçu de lui, « et grâce sur grâce ».

Mais nous nous cachons. Nous cachons le don qu'il nous a fait de notre foi. « Il ne faut pas trop s'afficher! » On est gêné d'avouer la présence du Christ dans sa vie. On est gauche, et quelquefois, c'est comme si on en avait honte. Il nous faut des Jean-Baptiste, qui témoignent, qui affichent leurs couleurs, et qui foncent.
   
  Texte de l'Abbé Louis Fecteau
proposé par l'Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville