L'Épiphanie de notre Seigneur Jésus Christ
Semaine du 7 janvier 2018
 
  Les trois rois mages qui font route depuis des contrées lointaines sont des hommes intéressés par la science et ils sont bien au fait des Saintes Écritures bien qu’ils ne soient pas juifs, selon toute vraisemblance… pourtant, ils croient au Dieu d’Israël et, ayant observé une étoile étrange dans le ciel, ils ont entrepris de la suivre, convaincus sans doute qu’elle les conduira vers l’Enfant Jésus qui vient de naître. Il est donc juste de dire que ce sont les premiers païens à venir rendre hommage à l’Enfant-Dieu de Bethléem.

Les rois mages apportent avec eux des présents chargés de sens. Tout d’abord en offrant un présent d’or, le premier mage reconnaît le statut royal de l’Enfant Jésus. Le second, qui offre l’encens, reconnaît en Jésus le caractère divin puisque l’enfant symbolise la prière qui monte vers Dieu et, enfin, le troisième offre le présent de la myrrhe, une aromate qui sert à embaumer le corps des défunts et, ce faisant, ce mage reconnaît la singulière mission qui est confiée à Jésus, selon ce qu’ont annoncé les prophètes.

Quel sens revêt pour nous, aujourd’hui, le récit de la visite des rois mages à la crèche? Les mages ont offert des présents de grande valeur, certes, mais que pouvons-nous aujourd’hui offrir au Seigneur sinon le seul bien, en nous, qui Lui appartient : notre âme! Le don le plus précieux que nous puissions offrir au Seigneur c’est notre cœur tout entier consacré à Lui; c’est d’être, en ce monde, un canal par lequel transite la grâce et l’amour de Dieu en ce monde; c’est d’être des chrétien(ne)s engagé(e)s dans notre vie quotidienne et dans notre communauté.

Venons donc, à la suite des rois mages, vers cette crèche où nous attend Jésus; cette belle crèche intérieure qu’est la nôtre, le temple de l’Esprit Saint! À la suite des mages, venons contempler et adorer cet Enfant que Dieu le Père a donné au monde pour notre salut et offrons une action de grâce au Seigneur puisque, grâce à Lui, le ciel est désormais ouvert afin que nous puissions y entrer!

Bonne Fête des Rois!
   
  Texte de l'Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville