vingt-huitième dimanche du temps ordinaire
année liturgique « A »

Semaine du 15 OCTOBRE 2017

 
Il n'est pas rare de trouver, dans les textes bibliques les mots: fête, festin, repas, nourritures... Aujourd'hui, nous sommes invités aux noces de son fils. Nous le constatons très bien, l'Évangile ne nous donne pas des réflexions abstraites sur Jésus; mais plutôt une présentation comme un grand livre d'images.

Jésus aime bien parler avec des paraboles pour évoquer d'une manière ouverte ce qu'il est. Aujourd'hui, il veut nous parler d'un roi qui veut marier son fils. C'est une image saisissante en Orient mais elle l'est aussi dans nos coutumes: il s'agit des noces d'une personne connue et aimée, d'un prince d'Angleterre... pour que les médias nous inondent de tous les faits et gestes qui entourent l'événement.

Dans la première lecture, le prophète Isaïe décrit le menu ainsi que tout ce qui touche à la réussite de la fête. En ce jour-là, on dira: «c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions, et il nous a sauvés!»

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, c'est la plus belle histoire d'amour! Il s'agit de Jésus lui-même, il est « amoureux ». Il épouse la fiancée qu'il aime passionnément: l'humanité.

Cette image des noces court comme le fil d'or dans toute la Bible. Après qu'il nous a dit qu'il pardonnait jusqu'à soixante-dix fois sept fois, il peut maintenant nous dire que nous, de l'humanité, nous sommes aimés comme sa fiancée et la noce continuera jusqu'à la fin de temps et dans l'éternité.

Entrons dans la fête et revêtons l'habit de noces qui est l'amour, la tendresse, la joie... et que la fête continue!
 
Texte de l'Abbé Maurice Comeau, proposé par
l'Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville