15 janvier 2017

création de la quasi-paroisse
notre-dame-du-bel-amour

Suite au discernement communautaire à tous les niveaux de notre Église diocésaine concernant la vie de notre paroisse, Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville, avec ses quatre lieux de culte (Notre-Dame-des-Anges, Sainte-Odile, Saint-Joseph-de-Bordeaux et Notre-Dame-du-Bel-Amour), il nous a été annoncé que la communauté chrétienne de Notre-Dame-du-Bel-Amour redeviendra une paroisse autonome. Je remercie les autorités diocésaines, notre Archevêque, Mgr Christian Lépine (il nous a visité à trois reprises dans l'espace d'un mois à la fin de 2014 et au début de 2015), le Conseil de l'Évêque, l'ancien vicaire général, Mgr Michel Parent et ses adjoints, Mgr Roger Dufresne, directeur de l'office du personnel, Monsieur Louis-Philippe Desrosiers, nommé par l'Archevêque à titre de président du Conseil de Fabrique pour nous accompagner dans cette étape, les membres du Conseil de Fabrique, l'équipe pastorale, mes confrères prêtres, père Gérard, l'Abbé Sylvain, résidents à Notre-Dame-des-Anges, ainsi que toute la communauté qui a été préoccupé par la vie pastorale et administrative de la paroisse et, enfin, la communauté priante de notre paroisse.

DÉCRET DE L'ARCHEVÊCHÉ DE MONTRÉAL POUR LA CRÉATION DE LA
QUASI-PAROISSE NOTRE-DAME-DU-BEL-AMOUR

Jean Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville


Située au 7055, avenue Jean-Bourdon à l'intersection de la rue Henri-d'Arles, l'église Notre-Dame-du-Bel-Amour fut érigée entre 1930 et 1957. À l'occasion du 40e anniversaire de fondation de la paroisse et de la consécration de l'Église, le 30 mai 1992, un feuillet-souvenir a été produit et c'est de ce feuillet dont la page consacrée à Notre-Dame-du-Bel-Amour s'inspire.

La messe du 30 mai 1992 a été présidée par Son Éminence Jean-Claude Cardinal Turcotte, archevêque de Montréal. Dans le rite Catholique Romain, la consécration d'une église marque une étape très importante. En effet, la consécration signifie que l'église ne peut désormais plus être vendue ou cédée à des tiers ou être convertie à un autre usage que celui du culte.

Érection canonique : 22 octobre 1952
Vocable : Notre-Dame-du-Bel-Amour
Début de la construction de l'église : 1930
Bénédiction de la pierre angulaire : 1er juillet 1956
Première messe célébrée : le 7 décembre 1956
Bénédiction de l'église et du chemin de croix : 30 mai 1967 par Paul-Émile Cardinal Léger
Architecte : Monsieur Roger D'Astous, ing.
Ébéniste : Monsieur Jacques Paquette
Céramiste : Monsieur Claude Vermette
Décoration bois rouge : Monsieur Adrien Barette, ing.
Chemin de croix : Messieurs Théberge et Gendreau
Vierge extérieure : Monsieur Jean-Pierre Boivin
Vitrail de la Vierge : Atelier José Osterrath
Façade du tabernacle et croix du tabernacle : Monsieur Roger Des Trois Maisons, ing.
Statues de bois : Madame Sylvia Daoust
Carillon électronique : Sculmerich
 


Intérieur de l'église vu depuis le jubé

 

 
     

Table du Saint-Sacrement,
tabernacle, retable et vitrail
  Le 30 mai 1992

Chers paroissiens,
Chères paroissiennes,

Notre communauté est en fête! Notre archevêque, Jean-Claude Cardinal Turcotte vient aujourd'hui consacrer notre église.

Depuis qu'elle fut bénie par Son Éminence, Paul-Émile Cardinal Léger, il y a 35 ans, ce sont des suites ininterrompues de dévouement, de dynamisme que nous voulons souligner. Ce sont des hommes et des femmes qui ont marqué par leur attachement à Jésus et à leurs frêres par le don de leurs talents, de leur temps et de leur argent.

Oui, une communauté vivante et fraternelle s'est formée et, aujourd'hui, je veux rendre hommage à mes confrères prêtres, curés et vicaires qui, par leur personnalité et leurs charismes, ont laissé leur marque. Je veux rendre hommage à tous les paroissiens, paroissiennes, jeunes et moins jeunes qui, depuis 35 ans, façonnent notre belle communauté.

     
Aujourd'hui, Monseigneur l'archevêque consacrera, dans les pierres de ce temple, comme une gravure impérissable, les nombreux gestes d'amour, de foi et d'espérance qui ont façonné le visage de notre communauté comme pour nous rappeler qu'en Jésus, nous bâtissons le roc.

Trente-cinq ans, c'est jeune, mais les acquis sont multiples pour nous faire regarder l'avenir avec force et sérénité. Si le passé est garant de l'avenir, nous avons raison, ensemble, de croire à l'impossible parce que Marie, Notre-Dame-du-Bel-Amour, notre patronne, nous protège et que l'Esprit Saint est avec nous.

Votre frère et pasteur,

 


Table du Saint-Sacrement,
tabernacle et retable

 
     
La table du Saint-Sacrement, le tabernacle, le retable en briques naturelles et la verrière ornent l'arrière du chœur. Le tabernacle, de forme plutôt inusitée, peut nous faire penser à une bouteille de vin. De par sa forme, en effet, elle nous rappelle que le vin consacré devient le Précieux Sang du Christ.

La face du tabernacle, au centre, est une céramique émaillée aux teintes de bleu dégradé et, au centre, la colombe stylisée vient nous rappeler la présence de l'Esprit Saint. Tout à gauche du tabernacle, on aperçoit la lampe du Saint-Sacrement. De couleur rouge, la lumière de cette lampe signale la présence d'espèces consacrées conservées dans le tabernacle. Cette lampe est éteinte une seule fois par année, soit lors de la Commémoration de la Passion de Notre-Seigneur, le Vendredi Saint.

Derrière cet ensemble on voit le très beau vitrail pleine hauteur, réalisé par l'atelier José Osterrath. Étroit mais tout en hauteur, ce vitrail souligne, de manière appropriée, l'espace intérieur conçu par l'architecte Roger D'Astous.

L'ensemble que constituent la table du Saint-Sacrement, le tabernacle, le retable et le vitrail s'harmonise pour mettre en valeur l'aspect vertical des volumes.
 

En regardant l'allée centrale vers l'entrée principale, on découvre le grand mur avant qui se compose de panneaux de verre de couleur jaune pâle qui permet au soleil d'entrer à profusion. Le vitrage jaune a, par ailleurs l'avantage de donner une impression de journée ensoleillée, même par temps couvert!

Au centre et surélevé, le jubé accueille l'orgue ainsi que les sièges de la chorale et d'autre sièges qui peuvent accueillir les paroissiens lorsque les bancs du parterre sont complets.

On constate l'emphase particulière de la toiture et sa forme de toit cathédrale à quatre versants brisés. À ses extrémités, le toit rejoint presque le plancher de la nef, à quelques centimètres près. L'intérieur de la nef est, il convient de le souligner, relativement dépouillé de toute ornementation.